Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Grégoire de Nysse

    Citation :

    "L'homme, s'engendre lui-même, il est père de son propre être, il construit l'ordre social"

     

    Cf. Saint Grégoire de Nysse, De vita Moysis, 2, 2-3: PG 44, 327B-328B: « ... unde fit, ut nos ipsi patres quodammodo simus nostri... vitii ac virtutis ratione fingentes ».

  • La CFTC et le défi des promesses socialistes (2)

    La CFTC et le défi des promesses socialistes (2)

    Dans le même registre la CFTC, à travers ses adhérents de "la santé et des organismes sociaux,"  sera confrontée rapidement à la question de l'euthanasie .

    En effet, se réclamant des "droits de l'homme", elle ne peut ignorer la définition qu'en donne la doctrine catholique, en particulier sur le droit à la VIE:

    ... 218...
    Le premier droit énoncé dans cette liste est le droit à la vie, depuis sa conception jusqu'à sa fin naturelle,318 qui conditionne l'exercice de tout autre droit et comporte, en particulier, l'illicéité de toute forme d'avortement provoqué et
    d'euthanasie.319  COMPENDIUM DE LA DOCTRINE SOCIALE DE L'ÉGLISE
    ...
    112 L'homme et la femme sont en relation avec les autres avant tout comme dépositaires de leur vie: 215 « Aux hommes entre eux, je demanderai compte de l'âme de l'homme » (Gn 9, 5), rappelle Dieu à Noé après le déluge. Dans cette perspective, la relation à Dieu exige que l'on considère la vie de l'homme comme sacrée et inviolable.216 La valeur du cinquième commandement: « Tu ne tueras pas! » (Ex 20, 13; Dt 5, 17) vient de ce que Dieu seul est Seigneur de la vie et de la
    mort.217 Le sommet du respect dû à l'inviolabilité et à l'intégrité de la vie physique réside dans le commandement positif: « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » (Lv 19, 18), par lequel Jésus oblige à prendre en charge son prochain (cf. Mt 22, 37-40; Mc 12, 29-31; Lc 10, 27-28).  COMPENDIUM DE LA DOCTRINE SOCIALE DE L'ÉGLISE

    On se demande si la CFTC pourrait encore se réclamer de ses RACINES CHRETIENNES au cas où ses adhérents se s'opposerait pas à ce projet ou, au moins feraient valoir leur objection de conscience définitive.

    La CFTC choisira-t-elle la Vie ou la mort ? c'est ce que les cieux tonnent : Deut 30 v15 Je te propose aujourd'hui de choisir ou bien la vie et le bonheur, ou bien la mort et le malheur.






     

  • La CFTC et le défi des promesses socialistes (1)

    La CFTC et le défi des promesses socialistes (1)

    La Confédération Française des Travailleurs Chrétiens (CFTC) se réclame des principes de la morale sociale chrétienne. Ainsi dans son article 1° des statuts : « La confédération se réclame et s’inspire des principes de la morale sociale chrétienne »
    Elle dit d'elle-même : (www.cftc.fr)

    3 principes d’action :
    - le respect de la dignité de chaque personne,
    Cette dignité relève du sacré : pas de l’âge, de l’intelligence, de la fortune, du physique ou de la sensibilité…
    - le service du bien commun :
    favoriser l’épanouissement de chaque homme et de chaque groupe
    reconnaître les droits de tous aux biens du monde,
    opter pour le développement durable…
    - la subsidiarité : donner leur pleine liberté d’action aux personnes et aux communautés de base ou corps intermédiaires (famille, entreprise, associations, collectivités territoriales…) sans mettre en cause la solidarité.

    Au passage l'on peut noter le flou de la notion de "Bien Commun" qui, ici, se rapproche dangereusement de la notion "d'intérêt général" axiome socialo-marxiste et capitaliste, mais passons...

    Ce qui m'interroge aujourd'hui, c'est:  quelle position la CFTC prendra-t-elle vis à vis de l'euthanasie, du mariage homosexuel et du "droit à l'enfant" son corollaire...

    Il va bien être nécessaire de se positionner sur ces sujets hautements symboliques de la politique anti-chrétienne qui se prépare. Il faudra se souvenir que les saphiques et les sodomites n'oublieront pas de réclamer toutes les allocations sociales et familiales attachées à la notion de famille. La CFTC participant à la gestion de nombreux organismes sociaux... et ayant la présidence nationale de la CAF ! elle devra affirmer ses racines CHRETIENNES face à l'ennemi idéologique...

    RAPPEL :

    COMPENDIUM DE LA DOCTRINE SOCIALE DE L'ÉGLISE
    ...extraits...
    228 Un problème particulier lié aux unions de fait a trait à la demande de reconnaissance juridique des unions homosexuelles, qui fait toujours plus l'objet d'un débat public. Seule une anthropologie répondant à la pleine vérité de l'homme peut donner une réponse appropriée à ce problème, qui présente différents aspects,
    tant sur le plan social que sur le plan ecclésial.503 C'est à la lumière de cette anthropologie « qu'apparaît (...) incongrue la volonté d'attribuer une réalité “conjugale” à l'union entre des personnes du même sexe. En premier lieu s'y oppose l'impossibilité objective de faire fructifier le mariage à travers la transmission de la vie, selon le projet de Dieu inscrit dans la structure même de l'être humain. En outre, l'absence des présupposés pour cette complémentarité interpersonnelle que le Créateur a voulue, tant sur le plan physique et biologique que sur celui éminemment psychologique, entre l'homme et la femme, constitue un obstacle. Ce n'est que dans l'union entre deux personnes sexuellement différentes que peut s'accomplir le perfectionnement de l'individu, dans une synthèse d'unité et de complémentarité psycho- physique mutuelle ».504

    La personne homosexuelle doit être pleinement respectée dans sa dignité 505 et encouragée à suivre le plan de Dieu avec un engagement particulier dans l'exercice de la chasteté.506 Un tel respect ne signifie pas la légitimation de comportements non conformes à la loi morale, ni encore moins la reconnaissance d'un droit au mariage entre personnes du même sexe, entraînant l'assimilation de leur union à la famille.507 « Si, du point de vue juridique, le mariage entre deux personnes de sexe différent était considéré seulement comme une des formes de mariage possible, l'idée de mariage subirait un changement radical, et ce, au détriment grave du bien commun. En mettant sur un plan analogue l'union homosexuelle, le mariage ou la famille, l'État agit arbitrairement et entre en contradiction avec ses propres devoirs ».508